Publiée le 26 novembre 2018

Actualité

Doc du mois : La bergère et son chien à Bresdon

Une photographie en noir et blanc de Noé Bourgoin, 1981...

© Noé Bourgoin

Le photographe

Noé Bourgoin est né à Bresdon dans le canton de Matha (Charente-Maritime) en 1934. En lui achetant son premier appareil, en 1950, son grand-père fait naître chez lui une véritable passion pour la photographie.

Alors qu’il effectue son service militaire en Algérie (de février 1956 à octobre 1957) comme réparateur-radio dans les transmissions, Noé Bourgoin rencontre un ouvrier du laboratoire Kodak de Sevran qui lui apprend les techniques du développement photographique. Il rapporte d’Algérie un grand nombre de clichés.

En 1959, il parvient à se faire embaucher par le photographe de Matha avec qui il travaille une dizaine d’années avant de reprendre l’affaire à son compte.

Pendant 26 ans, il est sollicité professionnellement ou bénévolement par les élus, les associations, la presse, les écoles, pour les évènements familiaux… Il cesse son activité en 1995 mais continue à fixer inlassablement sur la pellicule, avec curiosité, les paysages, l’architecture, les visages, les gestes de la vie quotidienne et les moments marquants de la vie locale. Intéressé également par les « arts vivants », il photographie les festivals et les spectacles, réalisant notamment en 1984 un reportage sur le tournage du film « Blanche et Marie » de Jacques Renard.

« Guetteur de lumière », Noé Bourgoin réalise aussi des clichés résolument artistiques. Il est l’auteur d’une dizaine d’expositions, notamment sur l’art roman en Saintonge.

Le document du mois : La bergère et son chien à Bresdon

Noé Bourgoin a pour le milieu agricole - qui fut le sien jusqu'à 21 ans - un intérêt notable. Son œuvre, à ce sujet, présente désormais un véritable caractère historique : elle révèle sans fard l’évolution de la Saintonge rurale des années 1950 aux années 2000.

Comme avec cette bergère de Bresdon, tricotant à l’abri de son parapluie en compagnie de son chien, dans une posture séculaire à peine trahie par des bottes et des vêtements contemporains, le photographe témoigne des mutations du monde paysan et villageois.

Durant plus d’un demi-siècle, son objectif saisit avec sensibilité des instants qu’on pourrait croire anodins, parfois anachroniques, égarés entre tradition et modernisme, qui relatent en fait les profonds bouleversements paysagers, sociaux (collectifs ou individuels, dans le travail par exemple), jusque dans une certaine « intimité » (l’habitat et le mobilier, l’habillement…).

Sur le papier glacé, les gestes paysans « éternels » et l’omniprésence animale s’effacent devant les machines et les moteurs, tandis que la productivité et la spéculation deviennent les modes de gestion et de conduite des fermes familiales devenues…des exploitations.

Les archives

Noé Bourgoin, toujours très actif, a décidé de confier tous ces clichés (en tirages et hors photographies de famille) aux Archives départementales. 14 mètres linéaires de boîtes soigneusement identifiées par sujets et par dates viennent d’intégrer les collections patrimoniales du Département sous la cote 93Fi Bourgoin.

Les tirages encadrés constituant l’hommage qui lui a été rendu en 2017 sont désormais disponibles en prêt (détail et modalités emprunter une exposition : « Images de la vie en Saintonge et autres photographies de Noé Bourgoin »).